A quoi pourrait ressembler Boursorama 2.0

Je vais tenter dans ce post de faire une petite vue d’ensemble des fonctionnalités des sites boursiers.

Il convient de distinguer 2 activités particulières des sites boursiers qui font face à des problématiques différentes :

  • L’activité de fournir de l’information financière : service d’agrégation d’informations financières, de création de contenu éditorial propre et de communauté pertinente
  • L’activité de courtage en ligne (broker) : fournir un service d’achat de valeurs mobilières via internet.

Je couvrirai dans ce post les sites (ou les fonctionnalités) d’informations financières. Dans un prochain post je parlerai des innovations sur les sites de broker en ligne.

Les sites d’informations (hors activité de broker)

Ces sites agrègent les informations financières disponibles sur les valeurs cotées ou les devises. Les sites qui ne fournissent que ce service sont en général des branches de site d’informations économiques (les Echos, Le monde), ou des pure-player internet (Boursier.com, yahoo finance, google finance) qui ont su créer une grosse communauté d’utilisateur. Ils tirent une part de leurs revenus de la publicité en ligne, ainsi que des rétro-commissions des brokers en ligne partenaires.

Fonctionnalités de base des services d’informations financières

  • Des Informations financières sur les valeurs mobilières (actions, obligations, SICAV, devises, etc.) :
Publicités

Visualisation des données : le nerf de la guerre

PhotoSynth de Microsoft

A mon avis, la fameuse révolution du web 2.0 tient du fait que les outils qui permettent de créer du contenu numérique (autrement dit des données) coûtent de moins en moins chers et sont de plus en plus faciles à utiliser. L’explosion web 2.0 est souvent symbolisée par les sites de partage de photos, musique, profil et autres. Mais sans des moyens de création et de diffusion à faible coût, ces sites ne seraient jamais apparus ou n’auraient pas grand chose à partager (enfin c’est l’histoire de la poule et de l’oeuf mais là n’est pas le sujet de mon post).

Il y a maintenant, entre les mains de plus en plus de personnes, beaucoup d’appareils photos numériques, de GPS, de téléphone, de boite mail, de profils, de lecteur MP3, de divx, de blogs, de carte bancaire… Et tous ces outils laissent des traces et créent des données.

Mais maintenant que nous savons qu’il y a un nombre exponentiel de données sous toutes formes, disponibles sur Internet, la vrai question est de savoir comment filtrer, trier et visualiser ces données. A mon avis, les gagnants de la prochaine évolution du web sont ceux qui nous permettrons de filtrer ces données (les moteurs de recherche sémantique par exemple que certains appellent déjà le Web 3 ou web sémantique) mais tout aussi important, de visualiser ces données. La guerre est ouverte, et celui qui présentera les données classées, filtrées, décortiquées pour être la dernière couche devant les yeux de devant les yeux de l’utilisateur/client sera sur la bonne voie.

Maintenant que le web est de plus en pus granulaire, éclaté en autant de petit bout de données, nous avons besoin d’outils pour les trier et les présenter de façon compréhensible. C’est pourquoi ces derniers temps je me renseigne pas mal sur les nouvelles formes de visualisation.

J’ai l’impression qu’il se passe beaucoup de choses dans le monde la visualisation des données et nous commençons à quitter la phase primaire de présentation des chiffres dans un tableau et des photos dans un cadre ou sur une simple page web.

A titre, d’exemple, j’ai découvert récemment Photosynth, une technologie rachetée par Microsoft, qui m’a fait littéralement halluciner. Cet algorithme est capable de récupérer Lire la suite