A quoi pourrait ressembler Boursorama 2.0

Je vais tenter dans ce post de faire une petite vue d’ensemble des fonctionnalités des sites boursiers.

Il convient de distinguer 2 activités particulières des sites boursiers qui font face à des problématiques différentes :

  • L’activité de fournir de l’information financière : service d’agrégation d’informations financières, de création de contenu éditorial propre et de communauté pertinente
  • L’activité de courtage en ligne (broker) : fournir un service d’achat de valeurs mobilières via internet.

Je couvrirai dans ce post les sites (ou les fonctionnalités) d’informations financières. Dans un prochain post je parlerai des innovations sur les sites de broker en ligne.

Les sites d’informations (hors activité de broker)

Ces sites agrègent les informations financières disponibles sur les valeurs cotées ou les devises. Les sites qui ne fournissent que ce service sont en général des branches de site d’informations économiques (les Echos, Le monde), ou des pure-player internet (Boursier.com, yahoo finance, google finance) qui ont su créer une grosse communauté d’utilisateur. Ils tirent une part de leurs revenus de la publicité en ligne, ainsi que des rétro-commissions des brokers en ligne partenaires.

Fonctionnalités de base des services d’informations financières

  • Des Informations financières sur les valeurs mobilières (actions, obligations, SICAV, devises, etc.) :
    • Cours actuel et volume d’échange (avec un décalage de 15 minutes, même si Google finance propose depuis peu les cotations du Nasdaq en temps réel)
    • Carnet d’ordres
    • Historique des cours (présentation sous forme de graphique, google proposant des graphes dynamiques en ajax totalement paramétrables)
  • Informations éditoriales sur les valeurs mobilières
    • Analyses techniques
    • Recommandations d’analystes
    • Analyses gratuites
  • Outils de personnalisation pour les membres :
    • Création de son propre portefeuille
    • Historique des transactions passées
    • Valorisation du portefeuille
  • Informations basiques sur la société cotée
    • Cartouche de présentation de l’entreprise
    • Dépêches d’agences de presse sur l’actualité du groupe
    • Historique des données financières
    • Rapport annuel
    • Informations légales
  • Outils communautaires
    • Forum
    • Système de notation et de réputation basique (esemple des étoiles Boursorama)

Ces services sont peu différenciant car les informations disponibles proviennent souvent des mêmes sources (Reuters, AOF, Cercle Finance, AFP, Thomson…). Par ailleurs les communautés sur les sites à forte audience sont souvent de qualité médiocre. les forums sont souvent remplis de spam et l’essentiel de l’activité communautaire se concentre sur les sous-jacents à forte volatilité quotidienne, l’antre des day traders, dont le profil ne corresponsd pas à la veuve de Carpentras.

C’est pourquoi ces sites se ressemblent beaucoup en terme d’informations disponibles. La différenciation ce faisant plutôt sur les contenus à valeur ajoutée que sont :

  • un contenu éditorial spécifique
  • une communauté d’utilisateurs actifs et pertinents
  • la facilité d’utilisation des outils disponibles (graphique dynamique, outils d’analyse technique, pricer…)

Solutions innovantes et différenciantes : le Social Trading

Il apparait maintenant, une nouvelle génération de sites boursiers (ou une évolution des sites existants) qui proposent des outils et fonctionnalités innovantes.

  • Une personnalisation évoluée
    • Création de pages permettant de présenter son profil aux autres utilisateurs. Ce profil contient des informations sur son style de trading, des analyses publiées sur le site. C’est un peu le réseau social des boursicoteurs avec des plateformes de blog permettant à chacun de présenter ses propres analyses. ex : covestor
    • Des fonctionnalités de réseaux sociaux permettant de créer des réseaux d’investisseurs, des groupes partageant les mêmes intérêts ou étant actif sur des marchés similaires. (ex : www.theupdown.com ) Ce type de fonctionnalité est particulièrement intéressant pour les clubs d’investissement qui peuvent vouloir partager des informations dans des data room privées.
    • Facilité d’exportation des informations du site vers des services externes (création de flux rss pour chaque page utilisateurs, facilitant le partage des données du site et ainsi la création de communauté, mais aussi des widgets pour promouvoir sa performance, il ne faut pas oublier que les boursicoteurs sont souvent des compétiteurs qui veulent se comparer aux autres et publier leurs performances)

  • Des outils de visualisation innovants
    • des outils permettant d’avoir des représentations graphiques innovantes de son portefeuille et du marché. Pour l’instant il n’existe pas encore de solution clé en main parfaite. Google a de bons graph dynamiques, mais on va vite voir des choses comme ça accessibles à tous.
  • Un système de réputation évolué permettant de noter la valeur des recommandations et des interventions d’un membre. Ce système de réputation peut être fondé sur différents facteurs :
    • La notation des autres utilisateurs
    • Le nombre de personnes qui suivent l’activité de se trader (popularité)
    • La qualité de ses recommandations (par vote et/ou par rentabilité)
    • La performance de l’utilisateur :
  • Le « crowdsourcing » au service de la finance : le crowdsourcing est une nouvelle tendance sur internet qui consiste à se baser sur la connaissance collective pour obtenir des informations à valeur ajoutée. Dans le monde des sites boursiers on commence à voir apparaitre des expérimentations :
    • de sites wiki, où les utilisateurs effectuent des analyses de marché à plusieurs contributeurs (ex: http://www.wikinvest.com/)
    • des sites où les utilisateurs s’expriment par un vote sur l’évolution du cours du d’une action ou d’une devise. (ex: http://www.socialpicks.com/ )
    • Enfin, il existe les marchés prédictifs, où des utilisateurs achètent avec des points fictifs des dérivés (future) sur l’évolution du marché. (ex: http://www.predictify.com )
  • Agrégateur de flux rss financiers : des sites web qui permettent à l’utilisateur d’agréger les informations selon les sources de son choix, sur le modèle de netvibes ou iGoogle. L’accent est porté sur la flexibilité du site et l’acceptation du plus grand nombre de sources (exemple: http://www.mytrade.com/)
  • La facilité d’importation des données. Créer une plateforme ouverte pour permettre aux membres d’importer facilement leurs données boursières, ou de recréer en quelques clics leurs investissements. Beaucoup d’utilisateurs ont déjà un historique en ligne qu’ils ne veulent pas perdre.

L’ensemble de ses solutions commencent à exister sur différents sites mais pour l’instant aucun ne propose l’ensemble de ses solutions. Je pense que les fonctionnalités les plus attendus dans un premier temps sont celle autour de la réputation des donneurs de conseil et autour de la visualisation des données.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :